L'ARVPAT a expliqué mercredi soir 19 avril, aux dirigeants de la STM venus rencontrer les résidents de RDP-PAT, pourquoi le projet de voie réservée sur la rue Notre-Dame va à l'encontre, autant de la sécurité des cyclistes et des piétons que du plan directeur de revitalisation du Vieux-Pointe-aux-Trembles -

LA RENCONTRE DU 4 OCTOBRE ENTRE L'ARVPAT, LA DÉPUTÉE NICOLE LÉGER ET LES REPRÉSENTANTS DE L'AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL

Le lundi soir 4 octobre, madame la députée Nicole Léger recevait à son bureau de circonscription les représentants de l'ARVPAT, de l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal (ASSSM) ainsi que les représentants de l'hôpital Louis-H.Lafontaine (LHL). La réunion avait été demandée par l'ARVPAT, à la suite du meutre survenu quelques semaines auparavant à "La Relance", une ressource intermédiaire située au 11780 Notre-Dame. Bien qu'il n'y avait pas de relation directe entre ce tragique évènement et la problématique connue de la surconcentation de ressources intermédiaires dans le quartier, l'ARVPAT avait estimé que cette réunion était absolument nécessaire pour faire le point, précisément sur cette problématique. (À cet effet, svp lire le texte ci-bas, publié le 15 septembre)
Le moratoire sur le développement de nouvelles ressources dans le quartier
On se rappelle qu'à la suite de  l'intervention entreprise depuis 2008 par des dirigeants de l'ARVPAT et d'autres citoyens, la députée Nicole Léger et les élus municipaux avaient initié une opération de conciliation entre les responsables gouvernementaux d'accréditation de résidences d'hébergement et d'insertion sociale, et leurs voisins-citoyens exaspérés par leur nombre sans cesse croissant dans un seul et même périmètre. En novembre 2009, l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, a émis une directive de ne plus développer de places additionnelles et de nouvelles ressources pour tout type de clientèle à l'ouest de Marien, au nord de Sherbrooke et au sud de Notre-Dame. Réconfortée par cette mesure, l'ARVPAT a néanmoins et constamment affirmé vouloir  s'assurer de l'application effective du moratoire et aussi d'une mécanique souple et efficace du  traitement d'autres problèmes constatés. Depuis le tragique évènement, elle exige un comité permanent de suivi.
Résultats de la rencontre du 4 octobre
Selon nos représentants Julie BEAUCHAMP (pour notre président Dino Gattola), Ginette DUMONTIER, Alain ROY et Maurice H.VANIER,  la rencontre s'est déroulée dans un climat de grande cordialité et s'est révélée très utile en ce qui a trait aux renseignements que l'ARVPAT souhaitait obtenir. Effectivement, il n'y a plus d'ouverture de nouvelles ressources, sauf les familles d'accueil (qui n'étaient pas ciblées dans le moratoire), il y a une légère diminution en ce qui concerne les effectifs établis avant le moratoire et une grande vigilance exercée par les fonctionnaires de l'Agence, dont trois étaient présentes le 4 octobre. On a appris qu'une nouvelle règlementation est plus restrictive en ce qui concerne la reconnaissance des ressources d'aide aux toxicomanes. Par ailleurs, à notre grand désarroi, le protocole de centralisation permettant à l'hôpital Louis-H.Lafontaine de  coordonner dans le quartier, les ressources intermédiaires en psychiatrie relevant d'autres institutions, [même si celles-ci respectent le moratoire] celui-ci n'a pas encore été mis en oeuvre. Madame Léger a promis d'intervenir auprès de l'Agence.
La suite des choses...
La députée Nicole Léger et le représentant de Louis-H.Lafontaine sont en principe d'accord avec la demande de l'ARVPAT de former un comité de suivi, non seulement pour s'assurer de l'évolution de l'application du moratoire mais aussi d'une plus grande harmonisation dans les relations de voisinage, entre les citoyens et les répondants des unités d'hébergement et des centres de services de loisirs et d'insertion, leurs intervenants et leurs clients. Les représentantes de l'Agence se sont engagées à présenter notre demande à leurs patrons quant à leur participation à ce comité. Un procès-verbal de la réunion devrait être disponible à l'ARVPAT sous peu.
Remerciements
L'ARVPAT remercie pour la qualité de leur coopération, madame la députée Nicole Léger et son adjointe madame Suzanne Tremblay, le représentant-cadre de l'hôpital Louis-H.Lafontaine, monsieur Jean-Jacques Leclerc ( qui prend sa retraite et qui s'est avéré au cours de sa trentaine d'années de service, un intervenant exceptionnel), mesdames Marquis, Drabbe et Viau de l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal.
_______________________________________________

Aucun commentaire: