L'ARVPAT a expliqué mercredi soir 19 avril, aux dirigeants de la STM venus rencontrer les résidents de RDP-PAT, pourquoi le projet de voie réservée sur la rue Notre-Dame va à l'encontre, autant de la sécurité des cyclistes et des piétons que du plan directeur de revitalisation du Vieux-Pointe-aux-Trembles -

L'ARVPAT A PORTÉ PLAINTE contre LA MARINA PAT.- VOICI:

Le 21 juin dernier, l'ARVPAT a déposé une plainte contre la Marina PAT à l'instance fédérale concernée (Monsieur Richard Jones- Transport Canada/loi de la protection des eaux navigables) et à l'instance provinciale (Monsieur Peter Stevenson-Direction de la gestion hydrique de l'État-MDDEP). À cette date-ci, 3 octobre,peu de choses ont été réglées à la satisfaction de L'ARVPAT, notamment le maintien de l'installation par la marina d'une estacade, en face de ses voisins et que l'ARVPAT estime ILLÉGALE.
Le contenu de notre plainte [préparé par l'administrateur Daniel RAYMOND]
"(...) Nous faisons référence au barrage de confinement anti- pollution (estacade) avec ses immenses bouées d’amarrage et son ancrage. De plus, il y a également quatre (4) bouées avec ancrage pour amarrer quatre (4) bateaux, malgré le fait qu’elles se trouvent en face des propriétés de ses voisins. Elles y ont été installées par le propriétaire de la marina pour fins commerciales (...). Voici les motifs à l’appui de notre plainte:
1. Impact négatif sur le flux des eaux et sur la faune
Ces ouvrages empêchent le mouvement (flux) normal des eaux du fleuve. De plus, cela nuit aux nombreuses espèces animales qui circulent sur le fleuve. Les familles de canards et de bernaches ont du mal à traverser cette partie du fleuve depuis ces installations. Il leur est devenu difficile de circuler librement entre la berge et l’île comme ils le faisaient auparavant. Notre association rappelle constamment à ses membres que le fleuve est un bien naturel collectif qui exige, entres autres des personnes qui y naviguent, une attitude de partage avec tous les citoyens et de respect des milieux naturels et aménagés.

2. Occupation/appropriation sans autorisation
Toutes ces installations de la Marina PAT ont-elles fait l’objet d’un examen et ont-elles été approuvées selon la LPEN ? Selon nos informations, aucun permis ne lui a été attribué pour l’installation de tous ces ouvrages. Opérant sa marina depuis longtemps, il nous apparaît qu’il ne s’est pas soucié de respecter la réglementation en vigueur et qu’il considère ses installations comme des droits acquis. Malgré qu’il ait déjà eu la visite en 2009 d’un agent de Transports Canada, aucun retrait ne s’en est suivi et nous constatons qu’il récidive cette année. De plus, sachant qu’il y a un règlement qui stipule qu’aucune embarcation ou partie d'embarcation ne doit être amarrée en face du ou des terrain(s) voisin(s), nous contestons cette forme d’expansion de la Marina PAT devant la partie de l’île faisant face aux voisins de la marina.

3- Pollution visuelle
Nous constatons que ces installations polluent notre environnement visuel. Cela vient altérer la beauté du paysage, car nous voyons sans cesse ces barrages anti-pollution, surtout et davantage pour les résidants qui les ont devant leur propriété et les gens qui se rendent au parc municipal en rive. De plus, cela est désagréable pour les adeptes de la photographie.

4- Obstacle à la libre navigation
Selon nos connaissances, les barrages anti-pollution sont adaptés aux différents cas d’interventions destinés à confiner la pollution due aux hydrocarbures, aux boues et produits chimiques. Dans ce cas-ci, les barrages anti-pollution sont installés en forme de crochet pour intercepter les algues flottantes, car le propriétaire de la marina cherche à les retenir avant qu’elles n’arrivent à ses quais. Deux fois par jour, [le propriétaire] se rend avec son embarcation au bout de l’estacade pour libérer les algues qui se sont accumulées.

Il avance et recule dans le bout du crochet et, à toute les fois, il dégage une bande d’algues pouvant atteindre une superficie d’environ 12’x 12’. On peut facilement imaginer ce que cela peut causer à une embarcation et à ses occupants. Cet amas d’algues peut provoquer l’arrêt d’un moteur, une manœuvre brusque et dangereuse (coup de barre radical pour les éviter) pouvant causer un accident ou créer la perte de contrôle d’une embarcation. Normalement, dans les marinas, ce sont des gens qui les enlèvent manuellement avec un aviron ou autre objet sans avoir recours à une telle pratique.

Avant la pose de ces ouvrages, des gens venaient pêcher à la traîne dans cette partie du fleuve. Maintenant, cela est presque devenu impossible d’y naviguer librement puisque l’espace est de plus en plus restreint et qu’il y a de nombreux obstacles. Cette partie du fleuve n’est pas assez large pour y installer quelques ouvrages que ce soit et ce, peu importe le niveau de l’eau. Certains d’entre nous avons des petits dériveurs et il est ardu de louvoyer entre tous ces ouvrages. Contrairement aux dires de [propriétaire], il y a un passage au sud ouest de l’île pour les bateaux qui ont un tirant d’eau de quatre pieds. Donc, il devrait prendre en considération que nous pourrions y naviguer sans aucun problème.
En somme, avant toutes ces installations, les gens naviguaient librement mais, aujourd’hui, c’est devenu risqué et dangereux.

En conclusion…
- Considérant que le propriétaire de la Marina de Pointe-aux-Trembles refuse toute discussion et toute collaboration avec son voisinage et qu’il cherche plutôt à s’approprier pour ses propres fins commerciales cette portion du fleuve et ce, sans égard pour les autres résidants,
- Considérant les nuisances découlant des ouvrages installés par la Marina PAT et rapportées plus haut,
L’Association des riverains du Vieux Pointe-aux-Trembles demande l’intervention sans délai des autorités compétentes concernées, afin de faire appliquer par le propriétaire de la Marina PAT toute réglementation en ces matières qu’il ne respecte pas."


 (Lire la suite...PROCHAINEMENT)
__________________________________________

Aucun commentaire: