21 mai 2012: la péniche itinérante prend feu.


La péniche réapparait durant la 3e semaine demai 2012 !
 Au début de l'été 2011, les riverains ont vu  s'ajouter aux nuisances constatées  sur le fleuve et sur l'ile de la batture, un ponton surmonté d'une habitation qui s'accrocha après un arbre de l'île. Les allers-retours  quotidiens de l'occupant dans son embarcation entre la rive et sa péniche, de même que son insistance auprès de riverains pour l'accommoder ( hébergement de l'embarcation et passage pour se rendre à l'arrêt d'autobus) suscitèrent de plus en plus de réactions négatives. S'ajoutèrent alors  nos  plaintes auprès des trois niveaux administratifs gouvernementaux. Constat: aucune disposition règlementaire ne pouvait interdire au propriétaire de cette  péniche  d'occuper cet espace fluvial dans la mesure où il ne constituait pas un obstacle à la circulation des bateaux de plaisance et respectait les normes environnementales d'hygiène et salubritéÀ l'automne, la péniche quitta péniblement (pas de moteurs)l'emplacement pour se réfugier ailleurs durant l'hiver. On croyait cette histoire terminée. Mais non, la péniche,  motorisée désormais, apparaît  à l'île de la batture au début de la 3e semaine de mai. Ayoye !!!
 

Le lundi 21 mai - Jour férié en l'honneur des Patriotes

Vers 9h, je reçois un appel me signalant une légère fumée s'échappant de la péniche ancrée/attachée près de l'ile de la batture - J'appelle 9-1-1 et on me transfère à la Garde côtière, qui prend acte et communique avec les pompiers - Ceux-ci arrivent à grand renfort sur terre (6 à 8 camions -bonne quinzaine de pompiers qui ne seront finalemnt que des spectateurs)  le long du parc de Neuville-sur-Vanne mais ne disposant d'aucun véhicule nautique d'extinction sur fleuve: pourtant le feu est là, les flammes et boucane noire intense s'échappent de la péniche - deux embarcations motorisées du service de sécurité  incendie vont apparaitre vers 10h; elles ne sont pas équipées pour "éteindre" mais pour constater et effectuer du sauvetage- on éloigne des curieux  du lieu d'incendie, dont on entendra coup sur coup 6 explosions par la suite - on laisse la péniche brûler - Puis, succèdent des opérations pour la ramener près de la rive - Vers 14h, Urgences Marine prend charge de la carcasse flottante et la ramène à ses installations de  Montréal-Est. Voilà ! - Maurice H.Vanier, blogmestre et sec.-trés. ARVPAT

En complément...

On trouvera ci-dessous les  photos de Daniel RAYMOND, v.-p. à l'ARVPAT  et mes commentaires. On peut lire également un article de Sarah Bélisle sur le sujet et paru dans le Journal de Montréal le 23 mai.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'embarcation de SAUVETAGE des pompiers de Montréal
indique aux plaisanciers de s'éloigner...



...car l'incendie prend de l'ampleur !


Après 6 explosions, il ne reste plus grand chose !


Durant ce temps, au parc de Neuville-sur-Vanne...
 











À défaut de pouvoir intervenir sur eau, tous ces camions
demeurent en ligne panoramique le long
du parc !

Une bonne quinzaine de pompiers doivent donc se rendre
utiles à faire quelque chose. Pourquoi pas sécuriser le
parc avec des bandes jaunes ?

  

ou faire  de la reconnaissance avec leurs véhicules pour
mieux voir les opérations de leurs collègues sur eau !

                                                            
 
Tiens ! Deux autres camions mais
à la marina !

Examinons de plus près le bateau de sauvetage
des pompiers



Et celui de la
garde-cotière !


Dernier coup d'oeil à la péniche qui se consume !


 
Puis, Urgences Marine prend charge de  la
carcasse flottante- Dernier voyage: nous sommes désolés!
(Vraiment ?)


30 ans déjà: le projet de fusion volontaire de Pointe-aux-Trembles à Montréal est accepté par voie référendaire.


Il y a trente ans, dans la nuit du 17 au 18 mai 1982, on comptait encore depuis 20h, un par un, (c’était la loi municipale du temps sur les annexions) les bulletins de vote déposés dans les urnes du référendum sur l’acceptation ou le rejet par les propriétaires de P.A.T, du projet de règlement Vanier-Drapeau  en vertu duquel on acceptait de s’annexer à Montréal à certaines conditions fort avantageuses pour les Pointeliers. À  3h a.m., le résultat sortait, à 59.6% en faveur du projet. Voici quelques photographies qui témoignent des jours qui ont précédé le 17 mai 1982, alors que la Ville de Montréal célébrait son 340e.
  
Une conférence de presse à P.AT. amène les journalistes de divers grands
 médias à couvrir un des évènements déterminants de la campagne pro-annexion
en appui au projet de fusion volontaire  avec la ville de Montréal du maire
Maurice H.Vanier:  la rencontre du maire Jean Drapeau avec les Pointeliers.


 
Le maire Maurice H.Vanier accueille à l'Hôtel de Ville
de Pointe-aux-Trembles le maire Jean Drapeau de la Ville de Montréal, accompagné du président duComité exécutif Yvon Lamarre





Assemblée publique d'information sur le projet de règlement d'annexion de
Pointe-aux-Trembles à la Ville de Montréal préparé conjointement
par MM.J.Drapeau, Maurice H.Vanier et Yvon Lamarre.
Le maire Drapeau s'adresse ce soir-là  à 800 Pointeliers pour
les rassurer sur le contenu du règlement qui sera soumis 
à un vote référendaire le 17 mai 1982


Après l'historique discours de Jean Drapeau, les deux maires
échangent de nombreuses poignées de mains avec
les participants

Avant son départ, le maire Jean Drapeau reçoit des mains du maire Maurice H.Vanier
une recherche faite par la Corporation de développement économique de P.A.T. 
sur le potentiel économique de Pointe-aux-Trembles. Outre Yvon Lamarre,
assistent à la présentation Claude Christin et Georges Dancost qui seront par la suite
 élus avec Maurice H.Vanier en novembre 1982 pour siéger
au conseil municipal 1982-1986 de la Ville de Montréal


________________________________________________________________________________________________