Le Plan bleu vert de l'arrondissement RDP-PAT contient des mesures socialement inacceptables pour les propriétaires riverains affectés - le cas de la 8e avenue.


La mairesse Chantal Rouleau accompagnée
du secrétaire-trésorier de l'Alliance des villes des Grands Lacs
et du Saint-Laurent et maire de Québec, monsieur Régis Labeaume.
Le jeudi 2 mai, au parc de Neuville- sur- Vanne, la mairesse de notre arrondissement, accompagnée du maire de Québec, a fait l’annonce du Plan bleu vert RDP-PAT, déposé par la suite à l'assemblée du conseil d’arrondissement le mardi 7 mai suivant. En présentant ce plan, l'arrondissement l'accompagne de 27 mesures visant à:

  1. créer des accès au fleuve et à la rivière pour les citoyens, à tous les 500 mètres de rive, et intégrer ces accès aux parcs, aux pistes cyclables et aux lieux importants de l'arrondissement;
  2. s'assurer de saisir toutes les opportunités qui se présenteront d'ajouter, aux accès existants, de nouveaux accès aux rives des cours d'eau;
  3. réaliser les aménagements les plus propices et les plus intéressants, en tenant compte des caractéristiques de chaque secteur et en respectant la réalité du milieu;
  4. identifier et mettre en valeur les terrains situés en rive des cours d'eau présentant un potentiel soit écologique, récréatif, patrimonial, touristique ou économique.
Impacts du plan sur les propriétaires riverains du St-Laurent

L'arrondissement n'a pas consulté les propriétaires riverains concernés, dans notre association, ni ailleurs dans PAT et RDP, quant aux impacts prévisibles de mesures préconisées qui les affectent directement. Pourtant ceux-ci constituent les premiers acteurs et collaborateurs de l'arrondissement quant à leurs devoirs de protection de l'écosystème fluvial, et leur contribution fiscale aux revenus municipaux tient compte $ du privilège d'habiter en bordure de la rive. On s'est contenté très minimalement d'une assemblée publique d'information en juin 2012 et ce n'est qu'onze mois plus tard que l'on apprend les détails de l'application envisagée. En tout respect des riverains, l'acceptabilité sociale d'un tel plan aurait du être analysée au même type que celui de l'implantation projetée d'un complexe commercial ou industriel. Voici les cas de figure relevés.

Les bouts de rue: 8e et 9e avenues et la rue Ste-Anne

La mesure 10 annonce le développement de "vitrines sur le fleuve" en dégageant les bouts des rues Ste-Anne et de la 9e /ou 8e avenue. Questionnant les fonctionnaires surpris à prendre des mesures sur les lieux, on apprend que le développement d'une vitrine, c'est minimalement l'aménagement du bout de la rue en mi-espace public permettant l'installation d'un banc, d'un panier à rebuts et d'une lunette télescopique payante. Examinons l'impact de ce projet sur la réalité d'un des trois bouts de rue visés par cette mesure, les deux autres ayant fait l'objet du blogue précédent . -Aujourd'hui: le cas de la  8e avenue (les photos sont une courtoisie de Maude Bernaquez et de Christian Paré)

Cas de la 8e avenue

Vue d'une partie de la 8e avenue au sud de l'intersection St-Joseph
La 8e avenue, entre Notre-Dame et fleuve, est une rue "villageoise" très étroite, sans trottoirs, avec une circulation dans les deux sens, particulièrement difficile parce qu'encombrée par les automobiles stationnées dans l'aire déjà restreinte de la circulation. Cette rue sera affectée par l'impact de l'ouverture de la place publique du Village, après une relative tranquilité obtenue de misère pour ne pas inciter les fêtards du centre-ville à utiliser le bout de la rue pour y commettre leurs incivilités et ainsi nuire à la qualité de vie des résidants.
"Le boutte de rue de la 8e avenue" a fait l'objet dans un passé récent de pétitions et de pressions des résidants ainsi que

L'accès à la rive est obstrué par une solide
clôture d'acier installée sur le socle
d'une glissière Jersey en béton



Bien que nécessaire pour ne pas faciliter dans ce bout de rue
les incivilités des fêtards emméchés et drogués
ou les feux allumés par les voyous et voyelles du coin,
cette installation ne gagnera
certainement pas le prix de l'esthétique environnementale.
DOMMAGE pour cette percée visuelle !

 
des recommandations du service de police de la Ville de Montréal pour dissuader les fêtards des bars du centre-ville de l'utiliser "after hour". - attroupements, bruits, vociférations, consommation de bière et drogues [bouteilles et résidus de joints], fornication [condoms souillés] - Il y avait aussi la problématique des feux de joie allumés par les voyous et voyelles et leur saccage continuel en haut et au bas du mur de soutènement.


Tout a cessé lorsque qu'une glissiète de béton surmontée d'une clôture avec pointes dissuasives a été installée pour bloquer l'accès. On convient cependant que cet aménagement n'est pas du tout joli. Au lieu de dépenser inutilement des fonds publics pour "une vitrine" qui va rouvrir la plaie de la délinquance urbaine, on pourrait s'ingénier à enjoliver la percée visuelle par des végétaux appropriés, tout en renforçant la protection de l'écosystème.


L'accessibilité de la rive et du fleuve est réalisable dans les quatre (4) parcs en rive immédiatement voisins de la 8e et des autres avenues sans qu'on crée des problèmes de sécurité et de nuisance avec l'aménagement de ces "vitrines".

Prochainement: d'autres bouts de rue ciblés à P.A.T. par le Plan bleu vert

_______________________________________________________


Le Plan bleu vert de la mairesse Rouleau contient des mesures socialement inacceptables pour les riverains affectés - le cas des résidants de 8e, 9e et Ste-anne | AUJOURD'HUI: 9e et STE-ANNE

Le jeudi 2 mai 2013, au parc de Neuville- sur- Vanne, la mairesse de notre arrondissement, accompagnée du maire de Québec, a fait l’annonce du Plan bleu vert RDP-PAT, déposé par la suite à l'assemblée du conseil d’arrondissement le mardi 7 mai suivant. Ce plan est accompagné de 27 mesures, parmi lesquelles se trouvent des aménagements de bouts de rue en espaces publics à géométrie variable mais qui ont tous en commun de constituer un potentiel de nuisances autant pour la qualité de vie des riverains que pour la protection de l'écosystème de la berge. Le journal Le Devoir a intégré notre position dans la parution de son blogue urbain le 7 juin.

Rappelons que la mesure 10 annonce le développement de "vitrines sur le fleuve" en dégageant les bouts des rues Ste-Anne et de la 9e /ou 8e avenue. Questionnant les fonctionnaires surpris à prendre des mesures sur les lieux, on apprend que le développement d'une vitrine, c'est minimalement l'aménagement du bout de la rue en mi-espace public permettant l'installation d'un banc, d'un panier à rebuts et d'une lunette télescopique payante  -  Aujourd'hui, examinons  l'impact de ce projet sur les réalités de chacun des bouts de rue  de la  9e avenue et de Ste-Anne (les photos sont une courtoisie de Maude Bernaquez et de Christian Paré)

Le bout  de la 9e avenue: pourquoi vouloir perturber cette percée visuelle et la berge au-bas?

La belle perçée visuelle au bout de la 9e avenue- angle St-Joseph

Approchons plus près - la rue
est moins étroite que la 8e
avenue...

                             
 
À  droite, une magnifique propriété riveraine - Au bout de la rue,
un espace naturel entre l'aire alsphaltée et la barrière... 
                                                    
...qui permet déjà l'observation.




                                                   




Au-delà de la barrière, un espace végétalisé et le mur de
soutènement
                                                                         Ce bout de la 9e avenue n'a pas à être perturbé, d'autant plus qu'il voisine un parc riverain et bientôt une place publique, qui ne sont pas mentionnés dans le plan comme pouvant faciliter l'accès à la rive et à l'eau. Rappelons que l'eau à ces endroits est constamment plus propre que celle de la plage annoncée et que les pêcheurs ont déjà un quai spécialement aménagé pour eux en 2001 au coût de 250,000$.

Le bout de la rue Ste-Anne: là, il y a de l'ouvrage  à faire...

La rue Ste-Anne, vue de l' angle Notre-Dame

Le bout de la rue, vu de l' angle St-Joseph
















On se rapproche, du côté droit...

...et voici le bout de la rue..dans toute son opacité !




















Végétation abondante en haut comme au bas
du mur de soutènement.....











et qui ne permet pas
une percée visuelle...

  




 
mais sert aussi  à camoufler ...
...le pataclan hétéroclite  des voisins Chaloupiers
                 





















Prochainement:  d'autres bouts de rue ciblés à P.A.T......

_______________________________________________________

L'ARVPAT recrute de nouveaux membres chez les propriétaires riverains du Saint-Laurent

Un de nos voisins-bêtes qui est à l'affût lui aussi de découvertes !
(Photo, gracieuseté  de Daniel RAYMOND, 12 février 2013 - 
Cf. autres photos ci-dessous)
Fier du bilan de ses activités en 2012  et de la fidélisation de son membership actuel, le conseil d'administration de l'ARVPAT procède au recrutement de nouveaux membres chez les propriétaires riverains du Saint-Laurent dans le Vieux Pointe-aux-Trembles. Voici ce que nous  leur disons de nous:


Initiée en octobre 2008, l'ARVPAT a été reconnue par le Registraire des entreprises du Québec le 30 janvier 2009 en tant que personne morale à but non lucratif en vertu de la 3e partie de la Loi des compagnies. Elle regroupe jusqu’à maintenant 37 propriétaires de résidences en rive du Saint-Laurent, situées entre la 1ère avenue et le boulevard du Tricentenaire, dans le secteur patrimonial du Vieux Pointe-aux-Trembles.
Voici des motifs d’actualité pouvant vous inciter à participer aux actions de vos voisins-membres :

Si vous résidez entre la  1ère avenue et le boulevard  St-Jean-Baptiste et que vous souhaitez...

o Protéger votre qualité de vie vs les bruits intenses émanant des pétroliers en rade, vs les risques industriels majeurs d’échappées toxiques, d’explosions et de déversements polluants des installations industrielles situées à proximité

o Maintenir votre qualité de vie par l’application intelligente et efficiente des règlements municipaux et des services de l’arrondissement RDP-PAT / Ville-centre de Montréal payés via nos taxes en matière de sécurité policière, incendie et civile, aménagement urbain, sports-loisirs-culture-développement social et développement durable (économie, environnement et responsabilisation sociétale)
o Intervenir dans les projets municipaux de revitalisation du Vieux-PAT (Place du Village) et d’aménagement-accessibilité de la berge-espaces verts riverains vs leurs impacts potentiellement négatifs pour les résidants

Si vous résidez entre le boulevard  St-Jean-Baptiste et le boulevard du Tricentenaire et que vous souhaitez..

o Mêmes motifs que pour le secteur précédent et en plus,
  • limiter les abus et nuisances d’occupation du fleuve par l'exploitation commerciale et la protection définitive de l’écosystème de l’île de la batture de PAT vs les menaces de vandalisme, feux, chasse, occupation illégale, incivilités
             Note: dans ces deux secteurs, l'ARVPAT veille au contrôle de la quantité et de la qualité des ressources intermédiaires d'hébergement (déficients mentaux et intellectuels, délinquants criminels en phase de réhabilitation, centres d’accueil supervisés pour jeunes) et celles, externes,  d’insertion sociale offertes à ces mêmes clientèles.
En complément, EXTRAITS DES RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX DE L’ARVPAT

Vision

L’Association veut assurer la promotion de rapports harmonieux, tant entre ses membres eux-mêmes qu’avec leur milieu de vie naturel et urbain, situé en bordure immédiate du fleuve St- Laurent, dans le secteur patrimonial du Vieux Pointe-aux-Trembles.

Mission

L’Association a pour mission première de sauvegarder les droits des propriétaires riverains, notamment la prérogative et les responsabilités écologiques qui l’accompagnent, d’habiter avec fierté le patrimoine fluvial et historique de la Pointe-aux-Trembles. Elle sert ses membres au meilleur de leurs intérêts selon les ressources financières, humaines et matérielles que ceux-ci lui permettent, dans l’exercice démocratique de leurs droits et devoirs, au sein de leur vie associative et en conformité avec les présents règlements.

Objectifs

1. Promouvoir, favoriser et organiser tant la défense des intérêts communs des membres de l’Association que leur participation à l’amélioration de la qualité de vie du voisinage.

2. Sensibiliser les propriétaires à leurs droits, obligations et responsabilités et les représenter auprès des trois niveaux de gouvernements et autres instances publiques, communautaires et privées dans la poursuite de la mission de l’Association et la réalisation de ses objectifs.

3. Mobiliser les membres à la conservation du milieu naturel riverain dont les caractéristiques fauniques et floristiques méritent d’être protégées.

4. Intéresser les membres à la connaissance et à la diffusion du patrimoine de la Pointe-aux-Trembles.

5. Solliciter les membres et utiliser les ressources humaines, financières et matérielles disponibles en soutien au plan d’action annuel de l’Association et au besoin, souscrire auprès d’organismes publics et privés pour l’obtention de ressources nécessaires à la réalisation de projets spéciaux et conclure des ententes à ces fins.

Gestion des affaires

Notre conseil d’administration administre les affaires de la corporation en conformité avec les objectifs définis dans ses lettres patentes et les orientations données lors d’une assemblée générale des membres, laquelle se réunit annuellement pour élire les administrateurs et approuver un programme des principales actions à mener.


RENSEIGNEMENTS

1) La cotisation annuelle est de 20$

2) Sur Internet, toutes les informations utiles à votre connaissance de l’ARVPAT : noms des administrateurs, nouvelles importantes, hyperliens stratégiques (qualité des eaux fluviales et de l’air ambiant température, protection de l’environnement, services municipaux, etc.) : http://arvpat.blogspot.com/

3) Les propriétaires se réunissent en assemblée générale au moins 2 fois durant l’année. Des comités s’organisent selon les besoins et réunissent les propriétaires concernés ou/et intéressés.

4) Un bulletin d’information est adressé régulièrement aux membres VIA COURRIEL et des activités spéciales sont offertes à l’occasion.

5) Tout membre qui le souhaite peut demander au secrétaire-trésorier à participer aux réunions des administrateurs si un sujet le concerne particulièrement.

BUREAU de l’Association

Monsieur Maurice H.Vanier assume bénévolement la tâche de secrétaire-trésorier, en appui aux cinq administrateurs de la corporation, Il réside au 12190 Notre-Dame est (514-645-5955)- maurice.vanier@videotron.ca


La berge en hiver, la plateforme de l'escalier y conduisant,
la bouée de secours.
et notre ....mascotte au repos ! 

Un sourire pour la photo ? Plutôt deux yeux intrigants,
peut-être rusés ?

Bon. bon, finies les mondanités ! La pause publicitaire est terminée:
retour au travail d'observation et de chasse !


_______________________________________________