L'ARVPAT a expliqué mercredi soir 19 avril, aux dirigeants de la STM venus rencontrer les résidents de RDP-PAT, pourquoi le projet de voie réservée sur la rue Notre-Dame va à l'encontre, autant de la sécurité des cyclistes et des piétons que du plan directeur de revitalisation du Vieux-Pointe-aux-Trembles -

LES 22 JETS D'EAU DE LA PLACE DU VILLAGE ARROSENT-ILS DURANT LES JOURS PAIRS OU IMPAIRS ?

(Les photos des jets à  PAT, par Daniel RAYMOND)
Le samedi 20 juin, à 11 h, quatre des  jets  parmi les 
vingt-deux installés, étaient en opération.
 Regardez l'écoulement!
Note au lecteur:  à la suite des interventions de l'ARVPAT, l'arrondissement a fermé jeudi 25 juin, le robinet des jets, et procédé à un examen de la problématique soulevée - - - - - -
En 2014, les jets d'eau ornementaux intégrés à la nouvelle place publique du Village n'ont jamais giclé, ce qui n'est plus le cas maintenant puisque les travaux d'électrification viennent d'être complétés. Mais voici qu'on découvre à l'usage, [sous réserve d'un démenti à venir de l'arrondissement],  que l'eau qui retombe n'est pas recyclée, mais coule sur la dalle de granit pour se déverser dans le caniveau de la rue.

Le constat de la fuite de cette  eau  à de quoi étonner puisqu'on a pas affaire à des "jeux d'eau" à caractère récréatif mais à des "fontaines" d'ornementation, comme celle installée à la place Vauquelin, attenante à l'hôtel de ville et qui recycle son eau.
Jets d'eau  de la fontaine à la place Vauquelin, dans
 le Vieux-Montréal
Jeux d'eau au parc Kent, à Montréal

La photo ci-dessous illustre l'ambiguïté du concept du jet d'eau ornemental  mais utilisé comme jeu d'eau par ces enfants à la place du Village.
Gaspard et Maxim s'amusent, mais à quel coût ?


Sous réserve d'erreurs possibles dans notre méthodologie appliquée aux  seuls 2 à 4 jets fonctionnant  en alternance à cette heure-là, ARVPAT évalue sommairement  à 7,200 litres à l'heure leur quantité d'eau [ potable],  soit évaporée, soit déversée à l'égout. Par comparaison, le jet d'un boyau d'arrosage domestique gicle 30 litres à la minute ou 1 800 litres/h. On comprend le pourquoi de la   réglementation appliquée par  la ville pour économiser l'usage de l'eau lors de l'arrosage de nos pelouses.

Mais comment comprendre, c'est à dire, "excuser"  ce gaspillage de ces jets d'eau observés, à la journée longue ? Et si on extrapole le volume  produit par nos  22 jets éclairés  le soir ?  Bonne question à poser à  la mairesse de notre arrondissement RPT  et qui assume la responsabilité politique de la bonne gestion de l'eau pour l'ensemble de l'agglomération !!!

..........

La Presse affichait le 18 juin 2015, ceci:
"Près de 500 millions de litres: c'est la quantité phénoménale d'eau potable distribuée par Montréal qui se perd tous les jours dans des fuites. L'équivalent de 200 piscines olympiques gaspillées. Malgré ses investissements importants dans la réfection du réseau de distribution d'eau, la Ville est en voie de manquer largement la cible de réduction de pertes d'eau imposée par Québec en 2011" (...)
L'administration Coderre croit être en mesure d'endiguer l'hémorragie grâce à l'installation de régulateur de pression dans les systèmes et le déploiement d'une équipe pour détecter les fuites. «On continue à travailler pour atteindre cette cible, indique Chantal Rouleau, responsable des services de l'eau au comité exécutif de la Ville de Montréal. "
____________________________________________________________________