La convocation de l'assemblée générale annuelle des membres de notre association est reportée au printemps 2018 et donnera lieu à une consultation sur l'avenir de l'ARVPAT.

L'AVENIR DE L'EST OBTIENT LES CONFIRMATIONS DEMANDÉES PAR L'ARVPAT

À la une de l'édition-papier de l'hebdomadaire
Par  le clavier de sa journaliste Samantha Velandia, l'hebdomadaire L'Avenir de l'Est fait le point aujourd'hui 7 juillet sur la plainte déposée au bureau d'Accès-Montréal, le 22 juin par le secrétaire-trésorier de l'ARVPAT, à propos de l'écoulement dans l'égout pluvial des eaux projetées par les 22 jets récemment déclenchés à la place publique du Village, tel que commenté dans une chronique précédente.

Voici la teneur de son article, qui de fait, confirme et même davantage, nos avancées.

Place du Village: plus de 3,5 M de litres d’eau «gaspillés» dans les jeux pour enfants
Les jets d’eau installés à la Place du Village ont déversé 3,5 M de litres d’eau depuis leur mise en fonction au mois de juin, soit l’équivalent de 200 000 petites bouteilles d’eau par jour. Une situation que déplorent les membres de l’Association des riverains du Vieux-Pointe-aux-Trembles.
Les jets d’eau qui ont coûté 250 000$ à l’arrondissement, ont été aménagés pour permettre aux enfants de jouer et de se rafraîchir pendant la saison estivale.
(Photo TC Media – Isabelle Bergeron)Lynn Duranceau, chargée de projet pour la revitalisation du Vieux-Pointe-aux-Trembles, explique que les 22 jets ne sont pas tous ouverts en même temps car ils sont programmés pour faire des séquences.
Selon les chiffres fournis par l’arrondissement, près de 112 320 litres d’eau par jour sont dépensés dans les 22 jets qui fonctionnent en moyenne, neuf heures par jour, et ce, même s’il pleut.
L’association de riverains a d’ailleurs déposé une plainte en ce sens auprès du Bureau accès Montréal (BAM) de l’arrondissement, le 22 juin dernier.
«Nous considérons que c’est du gaspillage, explique Maurice Vanier, membre de l’association. Elle est où la notion d’équité quand on demande aux citoyens de ne pas laver leur cour ou de diminuer le nombre d’heures d’arrosage des plantes, mais que de l’autre côté on dépense autant d’eau, en même temps?»
«C’est de l’eau perdue qu’on pourrait facilement récupérer à l’aide d’une pompe si on le voulait, indique M. Vanier. Nous ne sommes pas de puristes, mais nous voulons savoir, quelles sont les priorités de l’arrondissement?»
Une question de sécurité
Pour sa part, Lynn Duranceau, chargée de projet pour la revitalisation du Vieux-Pointe-auxTrembles, confirme que l’eau n’est pas recyclée pour des raisons de sécurité, et qu’une fois qu’elle est projetée dans les airs, elle est déversée dans les égouts de la Ville.
«Ce ne sont pas juste des jets d’eau ornementaux, mais des jeux pour les enfants, explique- t- elle. Les enfants qui jouent là peuvent, volontairement ou involontairement boire de l’eau en jouant et nous ne voulons pas prendre de risques.»
Elle ajoute qu’il est également une question de budget.
«Ça coûte beaucoup moins cher de le faire ainsi, que d’avoir à installer et entretenir une salle mécanique souterraine comme celle qui se trouve à la Place des arts où on a investi des sommes d’argent plus importantes, dit-elle. Tous les jeux d’eau pour les enfants à l’arrondissement, sont installés ainsi pour nous assurer qu’ils sont sécuritaires et abordables.»
Même son de cloche du côté de la mairesse, Chantal Rouleau, qui est également responsable de l’eau et des infrastructures de l’eau au comité exécutif de la Ville de Montréal.
«Je suis tout à fait à l’aise avec les choix que nous avons fait car cela a été fait dans le respect de l’environnement et de nos citoyens. C’est une question de sécurité pour nos enfants et c’est ça qui est important pour nous», indique Mme Rouleau.
Des ajustements
Mme Duranceau explique tout de même qu’il y aura des ajustements à faire en fonction de la présence des citoyens à la Place du Village pendant la saison estivale.
« Nous allons regarder quelles sont les périodes d’achalandage et reprogrammer les jets d’eau afin de nous assurer qu’un maximum de gens puissent en profiter. Nous sommes dans les normes, mais nous sommes aussi conscients qu’il y a une période de transition à faire et c’est sur quoi nous travaillerons d’ici les prochaines semaines. Nous allons notamment nous pencher sur la question de la mise en fonction des jets lorsqu’il y a de la pluie afin de le corriger», conclut-elle.
________________________________________