À VOTRE AGENDA - La convocation de l'assemblée générale annuelle des membres de notre association aura lieu le lundi 10 septembre à la salle Louise Côté du centre communautaire Roussin à 18h.

L'OPTION DU NON le dimanche 2 octobre - POURQUOI ? - 4e partie/5

Magnifique vue, apaisante,  du fleuve à l'arrière de l'ancien couvent
que le plan directeur  de revitalisation  en  2012 réservait aux promeneurs
 et aux cyclistes en compatibilité avec le milieu de vie environnant.
Mais une autre direction se prépare, selon cette photo récente !

Dans le cadre de notre campagne  de communication en appui à l'OPTION DU NON lors du scrutin référendaire  du dimanche 2 octobre, nos deux dernières chroniques traiteront chacune  des deux préoccupations majeures soulevées par l' ARVPAT depuis l'annonce, sans consultation préalable, de ce legs particulier du 375e anniversaire de Montréal dans la deuxième plus ancienne paroisse rurale de l'île (1674). D'abord on examinera la non -conformité  du lieu prévu. Puis, en 5e partie, les nuisances liées  à l'aménagement en porte-à-faux à la bande riveraine  d'une scène de spectacles-belvédère  à proximité des résidences,dont une coopérative d'habitation logeant soixante-neuf personnes âgées.

Faut-il rappeler que les religieuses, du temps  qu'elles étaient propriétaires du couvent avant sa vente pour une  conversion municipale en bâtiment administratif de "Maison du citoyen" , avaient étroitement collaboré avec les retraités d 'ESSO  qui souhaitaient  se bâtir sur une partie de leur terrain. Parce qu'il y avait  notamment, à partager des intérêts mutuels d'une tranquillité "immobilière" assurée pour longtemps de part et d'autre. Et lorsque par la force des événements, l'historique couvent fut vendu à la ville pour fin de transformation en bureaux, les élus  ont alors assuré    les résidants de la Villa Trois-Étoiles qu'ils ne seraient jamais incommodés, le plan directeur de revitalisation du Vieux Pointe-aux-Trembles adopté au terme d'une longue consultation devant  attester de leur bonne foi. 

La suite des événements a plutôt annoncé le contraire. Aménagement coûteux d'une "Maison du citoyen" sans consultation publique auprès de celui-ci, encore moins d'information fournie  en cours du long processus de construction en dents de scie. Et maintenant, ceci, qui heureusement, impose à nos élus de s'expliquer pour obtenir la ratification ou non de leur décision de modifier la protection de la berge et de sa vitrine fluviale.

Parmi nos documents validant L'OPTION DU NON transmis mercredi et jeudi  aux électeurs concernés, figure celui-ci qui résume fort bien l'enjeu traité dans cette chronique et celui qui sera abordé dans la partie 5.  

Aucun commentaire: